Chauffage infrarouge : tube sombre ou radiant lumineux ?

Le chauffage par rayonnement infrarouge est un système de chauffage radiatif très utilisé en milieu industriel. Lorsque les bâtiments sont mal isolés et qu’il n’est pas nécessaire de chauffer tout un volume, cette technique de chauffage est hautement appréciée.
En effet, le rayonnement privilégie un chauffage de surface d’où une sensation de confort optimale et immédiate ; comme si l’on passait de l’ombre au soleil en été.

Les différentes technologies

Les deux technologies principalement utilisées sont :
– les radiants à tubes sombre 
– les panneaux radiants lumineux

Radiants à tube sombre

Un brûleur air/gaz génère une flamme chauffant un tube en acier. La surface du tube atteint une température allant de 300°C à 600°C et émet un rayonnement infrarouge. Celui-ci est orienté vers la zone voulue grâce au réflecteur. Ce dernier comporte une isolation dans les modèles les plus récents.
Cette technologie nécessite souvent une évacuation des gaz brûlés vers l’extérieur notamment en ERP.

Panneau radiant lumineux

Un mélange air/gaz est injecté à travers une plaque en céramique perforée dans laquelle la combustion a lieu. Contrairement au radiant à tube sombre, les températures atteintes par la plaque en céramique sont de l’ordre de 900°C. Le brûleur céramique est entouré également d’un réflecteur pour orienter le maximum de rayonnement vers le sol. 

Le gaz brûlé en revanche est libéré dans l’enceinte de la zone chauffée, c’est pourquoi on utilisera cet appareil dans des zones bien ventilées. L’efficacité énergétique saisonnière de cette technologie peut dépasser les 100%.

Avantages et inconvénients

Les principaux avantages de ces deux technologies sont :

  • Une sensation de chaleur ressentie très rapidement après mise en route
  • Un entretien faible et une bonne robustesse
  • Une mise en œuvre relativement simple
  • La possibilité d’orienter les appareils pour ajuster la surface chauffée au besoin
  • Silencieux
  • Une efficacité énergétique saisonnière >100% 

Les inconvénients sont surtout liés à la mise en œuvre de ces appareils :

  • Une hauteur minimale de 5m est recommandée
  • En cas de restructuration de la zone, il est nécessaire de repositionner les radiants
  • Risques de surchauffe des objets sensibles à la chaleur si trop près des radiants
  • Problème d’ombrage et de risque d’incendie près d’un pont roulant

Quand faut-il changer ces appareils ?

Les rendements de ces appareils sont excellents à la pose, mais de nombreux facteurs les diminuent de manière importante.
De plus, les anciennes générations de ces appareils ne sont pas forcément aux normes actuelles de sécurité.

Tube à rayonnement sombre

  • Une utilisation intense des tubes réduit l’épaisseur de celui-ci au fil du temps ce qui se traduit par des tubes sombres rougissant sur les premiers mètres et peut provoquer le percement du tube et la fuite du gaz dans le volume
  • Le tube peut se déformer au fil du temps et une flèche apparait
  • Au-delà de 15 ans, les tubes à rayonnement sombre perdent de leur rendement
  • Les anciens appareils ne sont pas munis de vannes gaz doubles contre les fuites à l’injecteur et de pressostats différentiels pour contrôler l’étanchéité des tubes
  • Un tube à rayonnement sombre non isolé en partie haute perd 40% de son efficacité

Panneau radiant lumineux

  • Les plaques céramiques peuvent s’encrasser et les trous se boucher ce qui réduit la capacité de chauffage du radiant
  • Les plaques céramiques se fissure dans le temps ce qui nécessite un remplacement des plaques au minimum
  • Au-delà de 15 ans, les radiants lumineux perdent de leur rendement
  • Un radiant lumineux non isolé en partie haute perd 40% de son efficacité

Au final, tube sombre ou radiant lumineux ?

Les qualités de ces deux technologies se valent même si le rendement du radiant lumineux est plus important.
Le choix entre ces deux technologies est avant tout lié à la qualité d’isolation de l’enveloppe du bâtiment et de son étanchéité à l’air.

Un radiant lumineux sera privilégié dans des bâtiments très mal isolés et à fort taux de renouvellement d’air puisque la plaque de céramique atteint les 900°C et apporte donc un ressenti de chaleur très important.

A contrario, un tube sombre atteint les 400°C et est donc utilisé dans des bâtiments de faible à moyenne isolation et avec un taux de renouvellement d’air standard.

Partager sur facebook
Partager sur linkedin

Vous avez un projet de transition énergétique ?

ArabicCatalanEnglishFrenchSpanish